LES ADOLESCENTS, LEUR SEXUALITE ET DOCTISSIMO “Les ados parlent sexo”

DOS SANTOS FERREIRA Magali & PÉQUIN Coline – Master CMW – 2016/2017 –
Sous la direction de M. Christophe Aguiton.

 

INTRODUCTION

 

Qui n’a jamais fait une recherche sur google lorsqu’il avait un problème de santé dans toute sa globalité : qu’est ce que le bouton sur mon ventre ? Pourquoi suis-je aussi petite ? Comment faire plaisir à mon/ma partenaire ?

 

Doctissimo est connu de part sa réputation de “perles du net” (“Un ami m’a dit qu’imbiber mon tampon avec de la vodka pour ressentir les effets de l’alcool plus vite. Quelqu’un a déjà essayer ?”) et de désinformation. “Si je tape problème au niveau de la jambe tu es sur de tomber sur des personnes qui te diront que tu as le cancer” dit Luciedu78. Mais est-ce une réalité ? N’est-ce pas un moyen d’avoir des conseils, des retours d’expériences, des avis de pairs, de personnes ayant vécu la même chose que soi ? Doctissimo se résume comme une encyclopédie médicale proposant une communauté d’entraide.

 

Nous allons nous intéresser à une tranche d’âge précise pour réaliser ce dossier : les adolescents. C’est une période où la découverte est abondante. C’est le temps des premières fois : premiers copains, baisers, relations sexuelles, rupture,etc. C’est également, l’âge de la transition entre l’enfance et le monde adulte avec toutes les transformations biologiques, émotionnelles et physiques qui s’ensuivent. Comment les adolescents traversent-ils cette période ? Quelle est leur relation avec la sexualité ? A-t-elle changé avec l’arrivée des réseaux sociaux et des nouveaux moyens de communication ?

 

L’objectif de ce dossier est d’identifier les spécificités dans la recherche d’informations vis-à-vis de la sexualité dans les forums pour adolescents et plus particulièrement, via le forum de Doctissimo, “Les ados parlent sexo”. Durant toute notre analyse, nous allons essayer de répondre à cette question : comment le forum Doctissimo participe-t-il à l’éducation sexuelle des adolescents ?

 

Ce dossier propose tout d’abord une présentation globale de Doctissimo. Nous allons évoquer ses débuts jusqu’à l’ampleur qu’il représente aujourd’hui. Petit à petit, nous allons nous diriger vers la partie entraide de Doctissimo, les forums, pour arriver à notre sujet “Les ados parlent sexo”. Dans un deuxième temps, nous allons faire un rapide tour d’horizons pour comprendre le rapport de l’adolescent à la sexualité, comme partie intégrante de cette période de transition. Nous effectuerons également un rapide tour d’horizon de l’usage d’internet et de la recherche d’informations chez les adolescents. Dans un dernier temps, nous allons présenter notre étude qui est divisée en 4 parties. A travers la rencontre de 4 doctinautes, de 3 spécialistes, l’analyse des fils de discussions pendant 2 semaines et la lecture de différents ouvrages, nous avons essayé d’apporter une réponse précise par rapport à notre questionnement. La première étude vise à identifier les principales problématiques que rencontrent les adolescents : sous quelles formes les messages sont-ils énoncés ? Quels sont les sujets les plus abordés ? les plus sollicités ? La seconde étude concernent le rapport entre les doctinautes et le forum : pourquoi utilisent-ils ce forum ? Dans quel but ? Quel est leur comportement général ? Quelle est la différence entre l’éducation sexuelle à l’école et sur le forum ? Quelle est la place de leur entourage dans leur sexualité ? Dans la quatrième étude nous aborderons les thèmes liés à la surveillance des contenus. Nous nous questionnerons sur les différents types de risques liés au forum. Dans la cinquième étude, nous porterons un regard plus précis sur l’utilité de ce forum dans l’approche de l’éducation sexuelle du point de vue des spécialistes, des doctinautes et des différentes études/ouvrages.

 

1. DOCTISSIMO

1.1. Présentation globale

  • 1.1.1. Les débuts de Doctissimo / Présentation de Doctissimo

 

Doctissimo est un site consacré au domaine de la santé et du bien être. Il a été créé en Mai 2000 par Laurent Alexandre, Claude Malhuret et Cédric Tournay, qui se seraient inspirés du site américain WebMD,  » Better information. Better health. « . Laurent Alexandre et Cédric Tournay sont alors patrons de Medcost, une société de conception et de maintien technique de sites du domaine de la santé. Claude Malhuret est quant à lui un ancien ministre et ancien président de Médecins sans frontières. Ils décident de lancer Doctissimo, un site d’information médicale destiné au grand public. Au départ, des journalistes scientifiques rédigeaient les articles qui étaient ensuite relus par un directeur médical. Ceci représentait une révolution digitale importante, les journalistes se substituant presque à des médecins. Aujourd’hui, les rédacteurs des articles ne sont plus du secteur médical, mais s’informent dans des encyclopédies d’information médicale dont les droits ont été rachetés au début des années 2000. En 2001, Doctissimo est allé plus loin en créant un espace de discussion entre internautes.

La création de Doctissimo s’est faite lors de la première bulle internet, où beaucoup de jeunes sociétés du web ont disparu. Doctissimo a survécu;  » on s’est mis sous la couette pour laisser passer l’orage, raconte Christophe Clément, actuel directeur général de Doctissimo, tout en bossant comme des fous sur le référencement.  » (1)

Doctissimo est aujourd’hui le numéro 1 des sites de santé et des forums francophones, et ce succès est principalement dû au référencement. Le référencement est  » l’ensemble des techniques qui consistent à positionner favorablement un site ou un ensemble de pages sur les premiers résultats des moteurs de recherche correspondant aux requêtes visées des Internautes.” (2) Ce travail est primordial pour la visibilité d’un site. La première page des résultats du moteur de recherche Google génère 92 % du trafic. Huit personnes sur dix ne vont pas plus loin que les cinq premiers résultats donnés par un moteur de recherche, c’est-à-dire qu’ils restent au-dessus de la ligne de flottaison. Dans le référencement, Doctissimo excelle. En tapant sur Google les mots de santé, tels que “grippe”, “angine” ou “toux”, Doctissimo apparaît dans le trio de tête. En moyenne, les internautes restent connectés 12 minutes sur le site, ce qui est un très bon résultat. Le succès incontestable de Doctissimo attire les investisseurs; en 2008, le groupe Lagardère acquiert 53,38 % du capital pour 70 millions d’euros, et devient actionnaire majoritaire.

 

D’après l’ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias), Doctissimo a cumulé en 2016 plus de 437 millions de visites. Les internautes qui consultent Doctissimo sont principalement des femmes; 1 femme internaute sur 3 consulte le site chaque mois. En moyenne, deux pages sont consultées à chaque visite effectuée par un internaute, soit plus de 874 millions de pages vues au total durant l’année passée. La page d’accueil est celle qui regroupe le plus d’informations et totalise le plus grand nombre de clics par les internautes.

 

Les consultations de pages Doctissimo se font via le site web mais également via le site web mobile ; après étude des résultats, on constate que les visites via le téléphone et la tablette mobile ont connu un pic de croissance, passant de 133 206 visites en Mars 2016 à 22 777 625 un mois plus tard. Le phénomène inverse se retrouve sur les visites via ordinateur, comptant 42 305 345 visites en Mars 2016 contre 15 278 094 en Avril. Les internautes ont, à partir de cet instant, privilégié les visites via appareils mobiles. Depuis, on constate qu’⅓ des visites se font via ordinateurs, ⅔ via mobiles.  Cette tendance se vérifie dans beaucoup d’autres domaines; c’est ce qu’on appelle le mobile first. D’après les statistiques de Google, 96 % des 15-34 ans sont mobinautes depuis le 1er trimestre 2016, et 51 % des français se connectent chaque jour depuis un mobile.

Les visiteurs de Doctissimo se trouvent principalement en France, mais on remarque que de nombreux internautes consultent le site depuis l’étranger : en Décembre 2016 par exemple, sur 33 576 657 visites, 7 529 484 provenaient d’internautes étant en dehors des frontières françaises, soit 23 % des visites totales du mois.

 

En Décembre 2016, Doctissimo était le 16ème site le plus visité en France, Orange étant classé n°1 avec 334 292 342 visites, soit une différence de 300 000 000 de visites.

Le site Doctissimo est constitué de plusieurs catégories relative à la santé, comme  » psychologie « ,  » nutrition « , mais également  » sexualité « . Chacune de ces catégories sont présentes sur les forums de discussion de Doctissimo.

1.1.2. Accès au forum et participation aux échanges

Le forum de doctissimo est ouvert à tous ; la lecture des discussions ne nécessite pas d’inscription obligatoire de la part de l’internaute. En revanche, il faut être inscrit pour participer aux discussions du forum. Il y a 2 620 440 inscrits sur les forums Doctissimo. L’inscription est simple, il suffit d’entrer une adresse mail valide pour créer en quelques secondes son profil Doctissimo. En Décembre 2014, une charte d’utilisation des forums a été créée. Cette charte explique le principe de modération du forum ; “ les forums de Doctissimo sont ouvert à tout le monde, chacun est libre d’y intervenir, de manière anonyme ou identifiée. Nous avons choisi de les modérer a posteriori pour les rendre plus vivants. ”. Les discussions sont modérées par des membres de l’équipe de Doctissimo, dont des professionnels de la santé, mais également par des Doctinautes Modérateurs. La charte précise que le forum ne se substitue en aucun cas une consultation médicale, et que le médecin de la rédaction peut être sollicité pour vérifier des messages mais n’intervient jamais dans les discussions et ne répond à aucune demande d’information de type médical.

Le  rôle des modérateurs est de surveiller les discussions et les propos tenus afin d’être conforme aux lois en vigueur, sans pour autant censurer les sujets. Ils ont la possibilité de supprimer des messages à caractère pornographique et pédopornographique, raciste, xénophobe, incitant à la haine, entre autres. Les doctinautes postant ce type de messages interdits peuvent être sanctionnés par les modérateurs en fonction de la gravité des propos tenus et de la fréquence des perturbations sur les forums. Les modérateurs peuvent donc supprimer les contenus diffusés et se réservent le droit de porter plainte contre les utilisateurs perturbant le forum de manière récurrente.

La charte d’utilisation des forums explique également les démarches à suivre lorsqu’un utilisateur du forum est face à des messages pouvant être choquant. Il peut remplir un formulaire Alerte Mineur pour des contenus pédopornographiques, alerter un modérateur en cliquant sur le bouton “Alerte” disponible sur chaque message du forum, ou encore appeler le 15 dans des cas d’extrême urgence.

Doctissimo se déresponsabilise des contenus publiés par les utilisateurs. Les données confidentielles transmises lors de l’inscription aux forums sont protégées par Doctissimo, qui ne les utilisera pas pour usage commercial. La charte d’utilisation des forums renvoi également vers les conditions générales d’utilisation du site Doctissimo que chaque utilisateur se doit de respecter.

 

Les forums Doctissimo font appel à une intelligence collective, comme Wikipédia par exemple. On constate que les sujets sont très consultés mais n’obtiennent pas forcément de réponse de la part des doctinautes ; le sujet “clitoris qui bat” par exemple a été vu 330 553 fois, mais n’a obtenu que 45 réponses. Il y a donc une grande catégorie d’internautes qui sont passifs sur les forums Doctissimo. On peut ici observer la loi de puissance suivant la règle des 90-9-1 des wikis : “ 90 % de la population utilisatrice ne contribue pas ; neuf pour cent sont des contributeurs occasionnels et un pour cent de la population totale contribue régulièrement.

 

Les doctinautes sont classés selon leur participation sur le forum. A partir de 50 messages, le doctinaute est un “habitué”. A 150 messages, le grade change d’ “ habitué ” en “fidèle”. La mention se transforme à partir de 300 messages postés en “Doctinaute de bronze”, puis à 500 messages “Doctinaute d’argent”. A partir de 2000 messages le doctinaute est “d’or”, et lorsqu’il franchit la barre des 5000 messages le grade est “doctinaute de diamant”. Pour les plus actifs il y a le grade “Doctinaute Hors Compétition” à 10 000 messages et le “Doctinaute d’Honneur” au delà des 50 000 messages.

 

Notre étude se focalisera sur la catégorie sexualité du forum Doctissimo.

1.2. Le forum sexualité

Un message d’avertissement de la part de Doctissimo destiné aux doctinautes apparaît pour cette rubrique : “La rubrique sexualité de Doctissimo a pour but de délivrer une information pertinente et pédagogique sur la sexualité. Certaines de ces informations et illustrations ne sont pas appropriées pour les jeunes enfants. Les parents doivent s’assurer que ces pages conviennent à leur(s) enfant(s) avant de leur en autoriser l’accès. Sensible à la protection des mineurs, et afin de vous aider dans cette démarche, Doctissimo vous invite également à utiliser des logiciels spécialisés de filtrage des contenus accessibles sur Internet.” Doctissimo informe donc sur les dangers du forum sexualité pour le jeune public, et conseille des logiciels de protection de contenu; selon Virginie Barbet, conseillère conjugale, “l’autorisation parentale est très compliqué à mettre en place car cela alourdit tout le système”. Ce mode de protection serait donc peu utilisé par les parents.

1.2.1. Typologie des différentes sections

Le forum sexualité est divisé en 4 catégories.

 

Il y a la catégorie des forums ouverts à tous, divisés en 23 sous catégories plutôt générales. Les sujets les plus discutés sont ceux des “déceptions et ruptures” avec 1 678 875 messages échangés, puis la “contraception” avec 1 435 142 messages et enfin la “virginité et les premières fois” avec 1 080 033 messages. Le forum le moins actif de la catégorie est celui de la “sexualité des personnes handicapées avec 18 440 messages.

 

La catégorie des forum interdits aux mineurs de moins de 15 ans est divisée en 18 sous catégories. Les thèmes abordés sont légèrement plus spécifiques et parfois non adaptés pour les plus jeunes. L’”homosexualité féminine” est le sujet ayant le plus grand nombre de messages échangés, avec 4 199 454 messages, suivi de “désir et plaisir” avec 3 987 963 messages et “récits érotiques” avec 2 976 989 messages. Le sujet le moins actif de la catégorie est celui des “aphrodisiaques” avec 26 295 messages.

 

Les forums interdits aux mineurs de moins de 18 ans regroupent des thèmes très spécifiques et sexuels pouvant être inadaptés à un jeune public qui pourraient être choqués par les propos tenus ou bien mal interpréter les différents sujets, aboutissant à une conclusion négative du sexe. Le sujet “exhibition et voyeurs” a 8 489 942 messages; c’est le thème du forum sexualité regroupant le plus de messages, toutes catégories confondues. Le sujet “rencontres en fonction de sa ville” a peu de succès, avec 5 397 messages échangés seulement.

 

La dernière grande catégorie du forum sexualité est celle spécialement dédiée aux adolescents. Notre étude portera uniquement sur cette catégorie, “ Les ados parlent sexo ”, car c’est celle qui est la plus utilisée par la cible de notre travail.

1.2.2. Les ados parlent sexo

 

“Les ados parlent sexo” est une catégorie à part entière, dédiée aux adolescents uniquement. Un message d’avertissement apparaît lors de l’entrée sur le forum : “ Cette section, destinée à accueillir les discussions ENTRE ADOLESCENTS concernant la sexualité, est l’objet d’une surveillance particulière vis-à-vis des prédateurs sexuels éventuels.” Il faut certifier avoir bien lu l’avertissement afin de pouvoir entrer sur le forum. Le premier sujet de discussion a été créé en Octobre 2003; aujourd’hui, la section compte plus de 1054 pages et 4 728 140 discussions ouvertes sur des sujets divers et variés. Il est intéressant de constater que le top 3 des sujets de la catégorie n’ont pas un titre évocateur ou sexuel ; le sujet le plus lu, avec 3 525 890 consultations, et avec 641 119 messages échangés est “ Tous vos coups de gueule ! “. Il a été créé en Mai 2010 par Lololunar, une doctinaute d’honneur. Son message est simple “ Vous pouvez poster ici vos coups de gueule (CDG), de cœur (CDC), de ce que vous voulez (CD…), discuter, passer le temps, partager vos idées…” La discussion est toujours active aujourd’hui, soit 6 ans et demi plus tard, et comptabilise 12 823 pages. Le deuxième des top sujets de la catégorie est un jeu, “petit jeu de mots, simple, qui fait passer le temps quand on s’ennuie (pas)”, créé en Décembre 2004 par ti 57vy, un doctinaute hors compétition. Le but de la discussion est un jeu d’associations de mots ; “C’est un ptit jeu qui fait passer le temps, qui détend… alors amusez-vous bien”. Le sujet est encore actif à l’heure actuelle. Le troisième sur le podium des top sujets est “musique devant votre ordi” publié en Juillet 2006 par mao boy, un doctinaute d’honneur. Le but de cette conversation est d’échanger sur les goûts musicaux de chacun; elle est toujours active.

2. LES ADOLESCENTS ET LA SEXUALITÉ

2.1. Le rapport de l’adolescent à la sexualité

  • 2.1.1. Une phase de transition entre l’enfance et l’âge adulte

D’après l’INSEE, en France, le 1er janvier 2017, les 0-19 ans sont 15 337 575 (dont 4 118 289 de 15-19 ans), ce qui représente 25% de la population (6,1% de 15-19 ans). Au niveau de la répartition des sexes pour les 0-19 ans, nous pouvons observer une proportion d’hommes plus grande (25,9 %) par rapport aux femmes (23,2 %). Au niveau géographique, la région qui compte le maximum d’adolescents est l’Ile de France avec 3 144 315 ce qui représente 20% de la population de la France.

 

L’adolescence ne se réduit pas à une classe d’âge identifiée. C’est une construction sociale dont les contours varient en fonction des époques, des générations et des sociétés. Elle n’est pas définie par un statut juridique : le droit se limite à la distinction entre mineur et majeur. Chaque acteur étant au contact des jeunes a des significations différentes. Par exemple, pour les médecins, l’adolescence s’achève lorsque la croissance osseuse et la maturation cérébrale sont terminées (vers 20 ans), alors que pour des juristes, l’adolescence prend fin à l’âge adulte (18 ans). D’après l’OMS, l’adolescence est la période de croissance et de développement humain qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte soit entre 10 et 19 ans. Elle représente une période de transition critique dans la vie et se caractérise par un rythme important de croissance et de changements. Les processus biologiques contiennent de nombreux aspects de cette croissance et de ce développement. L’apparition de la puberté marque le passage de l’enfance à l’adolescence.

 

A l’adolescence, la poussée hormonale va transformer le corps et encore plus le corps sexué. C’est à cette période que nous allons commencer à entendre parler de “crise d’adolescence”. Cette phase n’est pas forcément bruyante. Comme dit le sexologue Christophe Guigné (3), se trouve “être au croisement de plusieurs chemins”, “dans l’attente du jugement”. Il s’agit d’un passage vers le monde adulte. Devenir adulte, c’est trouver son identité et sa place au sein de sa famille et de la société. Cet âge est aussi synonyme d’un paradoxe d’un âge où l’on est “physiquement en possession des moyens de mener une vie d’adulte sans en avoir socialement la possibilité.” (4) Les nombreuses modifications du corps vont faire apparaître chez les adolescents de nombreux questionnements sur leur normalité : Suis-je normal? Trop grosse? Trop grande? Désirable? Qu’est ce que je vaux? Quelqu’un tient-il à moi?. Beaucoup de filles et de garçons sont inquiets face à leur physique et la publicité n’est pas là pour les rassurer avec des canons de beauté, parfois très loin de la réalité. Ils s’inquiètent aussi de l’âge de la venue des règles, de leurs premières fois, de la forme de leur sexe, de leurs seins, des éjaculations nocturnes, de leur appétence pour le plaisir solitaire, la pornographie,etc.. Une multitude de questionnements chamboule leur univers. Ils sont à la recherche de réponses et veulent se rassurer sur leur normalité. C’est alors que les adolescents vont découvrir la sexualité.

2.2. La découverte de son corps et du plaisir

 

La sexualité fait partie prenante de la personnalité de tout être humain, homme comme femme, adulte comme enfant. C’est un besoin essentiel présent dès le plus jeune âge. Entre 0 et 7 ans, un premier éveil sexuel est déclenché. Il s’agit de la découverte de son corps et de celui des autres, du plaisir solitaire, de la différence qu’il y a entre les hommes et les femmes, etc. La sexualité est un aspect de la personnalité humaine qui n’est pas détachable des autres aspects de la vie. “Elle influence nos pensées, nos sentiments et nos actions et interactions. […C’est] une forme de langage pour traduire avec sa tête, son coeur et son corps ses sentiments les plus profonds, sa quête de l’autre, la recherche du plaisir.” (5)

 

C’est l’âge des confidences semi-publiques entre amis sur celles (ou ceux) qu’on a séduits ou qu’on va tenter de séduire. De nombreuses fois, les adolescents ont tendance à amplifier la réalité des actes, destinée essentiellement à se valoriser aux yeux de leurs pairs. Les filles redoutent les garçons maladroits, indélicats et/ou vantards qui n’hésiteront pas à louer leurs prouesses souvent extraordinaires, mais aussi à leurs donner une réputation de “fille facile”, entraînant insulte voir harcélement. Les garçons aussi sont inquiets même s’ils ne le montrent pas. Ils veulent, par exemple, être de bon amant et en finir avec leur virginité.

 

D’après le livre “Adolescence? : comprendre vite et mieux” datant de 2014, ils sont 80% à avoir eu leur premier baiser avant le lycée et l’âge moyen du premier rapport sexuel se situe entre 17 et 18 ans. Les adolescents ne sont pas plus précoces que leurs parents car depuis 30 ans, ce chiffre n’a pas beaucoup évolué. Par rapport aux générations précédentes, c’est surtout le nombre d’initiations tardives (au delà de 20 ans) qui a largement diminué. Le premier rapport sexuel s’inscrit majoritairement dans une relation longue et amoureuse, en particulier pour les filles : 66 % des adolescents ont leur première expérience avec une personne dont ils sont amoureux et qu’ils connaissent depuis près d’un an et demi en moyenne, seulement 2 % avec une personne rencontrée le jour même. Les adolescents aspirent parfois à la quête d’un “amour pour la vie” mais ils sont aussi très attirés par l’envie de s’amuser, de vivre une parenthèse dégagée des responsabilités des relations conjugales adultes.

 

2.2. La recherche d’information sur internet

2.2.1. Les adolescents et internet

Les usages liés au numérique sont en constante évolution. Internet a rencontré un immense succès auprès des adolescents et fait partie de leur vie quotidienne. Selon l’enquête menée par l’association Génération Numérique (6) qui a interrogé 6 451 adolescents français en janvier 2016, 32% ont en moyenne 7 à 10 appareils connectés dans le foyer. Cette génération souvent définie comme étant  » ATAWAD  » (Any Time Any Where Any Device = N’importe quand, n’importe où, n’importe quel appareil ) se réunit encore autour de la télévision puisque 78,8 % disent l’utiliser contre 76 % pour le smartphone, 72,9 % pour l’ordinateur portable et 72,2 % pour la tablette. Ils se connectent entre 6 à 20 fois par jour (52 %) sur internet et passent en moyenne 1 à 4h par jour pendant la semaine et le week-end (48 %).

 

Interrogés également sur les réseaux sociaux, nous pouvons remarquer une rupture entre les filles et les garçons. Les adolescentes entre 11 et 14 ans dominent Snapchat et Instagram avec respectivement 79,53 % (63,40 % des garçons interrogés) et 67,78 % (50,16 % pour les garçons) d’entre elles qui ont un compte sur ces réseaux sociaux. Les garçons de 11 à 14 ans semblent se rediriger vers Facebook (62,61 % des garçons vs 47,16 % des filles) et Twitter (37 % des garçons vs 23,29 % des filles). Une tendance qui se confirme chez les 15-18 ans malgré des écarts de genres qui tendent à diminuer. Ils sont 41 % à avoir déjà communiqué avec des inconnus. Ce chiffre tend à augmenter selon l’âge et le sexe. Entre 11-14 ans, 29 % des filles sont entrées en conversation contre 39 % des garçons. Entre 15-18 ans, il s’agit de 48 % des filles et 50 % des garçons.

Les usages d’internet par les adolescents peuvent être classés en trois grandes catégories : l’usage informationnel (recherche d’informations), l’usage communicationnel (discussions avec des pairs) et l’usage  » ludique  » (jeux, téléchargement, etc.). 78 % des jeunes déclarent faire des recherches pour eux-mêmes et 74 % faire des recherches pour l’école sur internet.

2.2.2. Chercher de l’information sur internet

D’après André Tricot et Jean-François Rouet, deux professeurs universitaires reconnus pour un ouvrage en psychologie cognitive et en science de l’information et la communication, la recherche d’informations peut être décrite comme un processus de résolution de problème. La première étape consiste à construire une représentation du problème. Il suffit ensuite de sélectionner les informations pertinentes et de les traiter. En fonction de la pertinence de ce qu’il a trouvé, l’individu est conduit, ou non, à approfondir sa recherche. A la fin de ces étapes, il a une nouvelle représentation du problème.

 

Plusieurs dispositifs de recherche d’informations sur internet sont disponibles. Le plus évident est le moteur de recherche comme Google. Les sites de questions-réponses sont ensuite apparus comme Yahoo ! Questions Réponses. Enfin, les forums constituent des outils de recherche d’informations pertinents même si leur usage premier est plutôt orienté vers la sociabilité en ligne.

 

Au niveau des forums, lorsque la finalité est la recherche d’informations, 2 stratégies sont possibles : la consultation et/ou la participation (poster, répondre à une question, interagir lors d’un débat, commenter le discours d’une personne,etc.). L’intérêt d’utiliser le forum comme source d’informations vient du fait que les informations trouvées sont variées : informations factuelles mais aussi témoignages, opinions, débats, etc. L’approche de ce type d’outil se rapproche de l’activité d’entraide et peut être considérée comme une forme de recherche d’informations collaboratives.  En règle générale, nous pouvons retrouver 3 types de soutien social en ligne : émotionnel, informationnel et tangible. Le soutien émotionnel sert de réconfort, d’amitié, d’amour ou de sympathie. Le soutien informationnel est présent lors des situations d’échanges d’informations utiles et de conseils. Il permet aussi d’apporter de l’aide à la résolution de problèmes et à la prise de décisions. Quant au soutien tangible, il désigne l’aide instrumentale ou matérielle (“ Quel est le nom de cette musique? Où puis-je acheter du terreau à Guingamp ?”).

 

Les adolescents ont davantage recours à une stratégie de recherche par exploration/navigation. Très peu d’études permettent de savoir le pourcentage d’utilisation des forums en ligne selon les tranches d’âges et les régions. Cependant, cette pratique est fréquente chez les adolescents (et les adultes).

 

3. MÉTHODOLOGIE ET RÉSULTATS

3.1. Corpus et méthodologie

  • 3.1.1. Les différents types de forum

 

Ils existent différents types de forums : d’expression d’opinion, communautaire et d’entraide.

 

Les forums d’expression d’opinion (forums de presse, forums politiques, etc.) sont destinés à la discussion et au débat. Ils sont moins propices à la recherche d’informations. Par exemple, l’objectif du forum du site Politique Mania présenté sur la page d’accueil est : “ Forum général sur l’actualité politique du moment. Discutez ici de l’action de la Présidence, des décisions gouvernementales, des projets ou propositions de lois ainsi que de toutes les démarches de l’opposition. ”

 

Les forums communautaires comme Skuat.fr sont destinés aux échanges entre personnes partageant des intérêts communs (passion, valeur, etc.) ou des similitudes (âge, sexe, pays, origine, orientation sexuelle, groupe culturel, etc.). Dans le cas de Beauté Addict, même si l’intérêt commun est la beauté, l’objectif du forum est assez large : “ Beauté Addict met à votre disposition des espaces conviviaux tels que les blogs ou le forum pour permettre de vous exprimer sur votre univers favori : la Beauté ! Bien sûr elle vous permet aussi d’échanger sur tous les sujets qui vous tiennent à cœur. ”. Dans les cas du forum des amateurs du jeu Dofus, il y a des sous-rubriques avec des consignes spécifiques : “ Discutez des Ankama Convention et des séances de dédicaces et organisez des IRL entre joueurs de DOFUS  ou discutez de tous les produits dérivés de l’univers de DOFUS. ”

Les forums d’entraide favorisent les activités de partage d’informations entre pairs. Dans le domaine de l’entraide entre professionnels, on retrouve par exemple, le site Infirmiers permettant d’avoir des conseils, répondre aux différentes questions sur le concours mais aussi pour faire du covoiturage, etc. Dans le cas de Doctissimo qui est dédié à l’information sur la santé, leurs forums “ sont des lieux de discussion, d’échange et de partage autour de questions médicales. ”

3.1.2. Présentation de notre méthodologie

 

Nous nous sommes focalisées majoritairement sur les activités de demande/apport d’informations et moins sur la consultation d’un forum. Pour mener à bien ce travail, nous avons fait appel à deux types d’études : analyse quantitative et qualitative.

 

Pour ce qui est de l’étude qualitative, nous avons tenu à avoir deux points de vues différents : celui des spécialistes et des adolescents. C’est pourquoi nous avons interviewé la psychologue Marlène Tinhela, la conseillère familiale Virginie Barbet et le sexologue Pierre Desvaux. Les retranscriptions de ces entretiens qualitatifs sont à retrouver en annexes.

 

Nous avons contacté Doctissimo afin de mieux comprendre le phénomène de leur forum sexualité. Après un bon contact, ils ont accepté de recevoir notre questionnaire ; cependant, pour des raisons de confidentialité, ils n’y ont pas répondu. Le questionnaire en question est disponible dans les annexes.

 

Parallèlement, nous avons échangé avec des doctinautes. Dans un premier temps, nous avons lancé un questionnaire sur un nouveau fil de discussion sur le forum “Les ados parlent sexo ”. Nous avons reçu 19 retours et parmi eux, nous avons sélectionné les profils les plus intéressants. Nous avons interviewé 9 doctinautes et 4 d’entres eux ont été réactifs et riches de contenus. Il s’agit de Apoq, Sebas590, Geay et Ionepi, des doctinautes âgées entre 17 et 20 ans. Les retranscriptions de ces entretiens qualitatifs sont à retrouver en annexes. Chacun d’eux est un internaute actif sur le forum et plus particulièrement sur “Les ados parlent sexo”. Nous les avons questionnés afin de mieux cerner leurs attraits : Pourquoi et comment utilisent-ils Doctissimo ? Quelles sont leurs principales problématiques et interrogations ? Qu’est ce qui pousse les adolescents à répondre à des discussions ? Cela a-t-il un impact sur leur sexualité ? Sont-ils au courant des dangers ?

 

Pour l’étude quantitative, nous avons décidé d’analyser les fils de discussions sur “Les ados parlent sexo ” pendant deux semaines. Les questions traitées sont : quels sont les différents types d’informations recherchés en général sur le forum? Sur quel sujet/thème se portent les demandes? Quelles sont les questions et problématiques au niveau sexualité qui sont les plus récurrentes et avec le plus d’engouements? Les réponses à ce questionnaire sont disponibles en annexe.

 

Finalement, notre dossier a été agrémenté de différents ouvrages sur la sexualité, l’adolescence, internet et les forums en ligne.

 

3.2. Les principales problématiques et interrogations

3.2.1. Corpus

Pour étudier le forum “ Les ados parlent sexo ”, nous avons choisi d’étudier un échantillon de messages qui ouvrent un nouveau fil de discussion. Certaines personnes peuvent poster une demande d’informations dans un fil déjà ouvert, à la suite d’autres messages mais ouvrir une nouvelle discussion semble la stratégie la plus évidente pour poster une question. Nous avons sélectionné tous les messages ouvrant un fil pendant 2 semaines, du vendredi 27 janvier au 9 février 2017, afin d’avoir un échantillonnage plus représentatif.

 

Au total, 80 messages ouvrant un fil ont été postés ces deux semaines là ayant chacun des rubriques très différentes.

3.2.2. Grille d’analyse des messages


Une analyse de contenu des messages initiatifs a été réalisée pour déterminer s’il s’agissait d’une demande d’informations ou d’un tout autre type d’activité. Un message a été classé dans la catégorie demande d’informations lorsqu’il était possible d’identifier un besoin d’informations comme “
Salut je suis Malik, j’ai 17ans, et je complexe à propos de mes fesses. En effet, j’ai l’impression depuis un certain temps d’avoirs des fesses de filles : volumineuses, bombées..je ne trouve pas ça normal, du fait que je sois un mec. Le fait d’être noir joue-t-il la dedans? Si les filles pouvait me donner des conseils ou me dire si oui ou non c’est normal mercii

 

Les demandes d’informations ont été classées en trois catégories selon la nature des informations recherchées : les demandes d’informations vérifiables, les demandes d’opinion et les sondages/questionnaires.

 

Les demandes d’informations vérifiables concernent tout ce qui est d’ordre factuel, qui peut-être vérifié, expliqué selon des données scientifiques ou validé par un spécialiste. Par exemple, dans ce type de message “ Alors mon problème et le suivant: Je suis un peu gène par la taille de ma bite; genre je suis pas satisfait j’aimerai en avoir une beaucoup plus grande; mes partenaires me disent qu’elle est « normale » mais j’aime pas du tout qu’on me dise ca . Alors j’aimerai savoir si y’avait des solutions pour agrandir le truc ( medicaments; chirurgie…) ”, la réponse apportée pourra être évaluée comme juste ou fausse. Les informations sont vérifiables.

 

Les demandes d’opinion se font dans le cas de la recherche d’avis personnels, de conseils, de retours d’expériences des participants au forum. On ne peut pas ici évaluer une réponse comme vraie ou fausse mais plutôt évaluer sa qualité : la pertinence au sujet, la qualité de l’argumentation de l’opinion, etc. Pour la demande suivante “ Bonjour, je vais bientôt faire piscine avec le lycée et chaque année le même problème se pose : Comment placer la bite pour rester discret ? et surtout Comment éviter de bander ? Merci de partager vos astuces ”, il sera difficile de déterminer si la réponse est juste mais il sera possible d’évaluer si elle est appropriée et adéquate. Dans certains cas, il s’agit de trancher une situation comme avec “ Bonjour je me pose la question suis gay si je mate mes potes dans leur douche le soir à l’internat et je me branle après ”.

 

Nous avons également les sondages/questionnaires. Cela est le cas par exemple avec ce sondage : “ oseriez vous porter le slip,quelque jour, pour essayer ? ”.  

 

Il faut noter que certains messages ne sont pas des demandes d’informations. Ils ont été classés de la manière suivante :

  • Partage d’expérience : ces messages représentent des moments de vie se dévoilant aux yeux des doctinautes. Le forum sert à la découverte de l’autre. C’est le cas du doctinaute Simple Personne, qui raconte son histoire par rapport à son homosexualité : “ Et depuis quelques temps on a ce petit « jeu » (je ne suis pas sur que ça soit juste un jeu, en tout cas pour moi ça ne l’est pas) qui est de faire comme si l’on était en couple (mais ceci se fait « virtuellement » évidemment par sms, etc!) ”.
  • Ouverture d’un débat : certains messages visent à ouvrir un débat sur des sujets de société comme “ Présidentielles 2017 : pour qui voteriez-vous?
  • Activité ludique : ce sont des messages qui initient des blagues ou des jeux comme “{Jeu} La rose a dix.”
  • Expression de soi et partage d’intérêt : il s’agit des récits érotiques, de partage de passions ou d’intérêt lié à la sexualité ou d’autres thèmes. Nous retrouvons par exemple, ce type de post “ pour savoar ce que vous écoutez comme musique en ce moment devant votre ordi ”


3.2.3. La proportion des recherches d’informations par rapport à tous les types de message sur le forum

Une grande partie des messages qui ouvrent un nouveau fil de discussion dans le forum constitue une demande d’informations ( 82,6 % ) comprenant ainsi les demandes d’informations vérifiables, les demandes d’opinion et les sondages/questionnaires. La part la plus importante est la demande d’opinion avec 73,8 %. Les autres messages ne constituant pas une demande d’informations et permettant d’initier une activité ne totalisent que 17,4 % comprenant ainsi l’ouverture d’un débat, l’activité ludique et l’expression de soi et partage d’intérêts Ce résultat souligne le rôle de ressource informationnelle et émotionnelle du forum pour les participants.

 

Pourquoi cette source d’information peut-être préférée à une autre ?  Poster une demande dans un forum “ peut s’avérer une stratégie de recherches d’informations plus simple que l’utilisation de moteurs de recherche ou d’encyclopédies en ligne. Le problème est exposé directement sans que l’internaute ait besoin d’adapter sa requête au dispositif (recherche thématique, par mot-clé, de sélection et traitement de documents, etc.)” (7)

 

Dans le cas de la sexualité, ce type de forum permet aux adolescents de garder l’anonymat et de parler ainsi plus librement. D’après Marlène Tinhela, “ il y a chez eux une partie de honte, de doutes, mais aussi de pudeur. Il est donc pour eux beaucoup plus simple d’avoir un écran devant eux pour poser leurs questions, car l’anonymat les rassure […] on ne connaît pas son nom, son visage, son histoire. Les doctinautes ont aussi la possibilité de trouver des personnes ayant vécu les mêmes problèmes, avec des expériences similaires et accessibles à n’importe quel moment. Virginie Barbet note également que “ dans certaines familles, le sujet de la sexualité est totalement tabou. Donc c’est normal que les adolescents cherchent leurs réponses ailleurs. ” Il s’agit d’un moyen simple et efficace pour trouver une réponse à leur(s) question(s). C’est notamment ce que dit Sebas590 : je me suis inscrit car m’aurait été difficile de discuter de mon soucis à mon entourage ”.

tableau-1-nature-des-messages-dans-les-ados-parlent-sexos


3.2.4. Les sujets/thèmes abordés dans les fils de discussions

 

Le thème qui revient le plus souvent est celui sur l’orientation sexuelle (27,30 % cf. tableau 2). Il renvoie aux questionnements suivants : “Je regarde des films porno gays, j’ai des érections sur des gars de ma classe, etc. Mais d’un autre côté, je suis sorti avec un tas de fille et actuellement, je suis amoureux d’une fille. Suis-je bi? ”, “Bonjour je me pose la question suis gay si je mate mes potes dans leur douche le soir à l’internat et je me branle après : Suis-je gay? ” , “ De fait, je suis déboussolé : suis_je hétéro ? bi ? gay ? ”. C’est notamment les questions que se sont posées Apoq lors de sa venue sur les forums: “ il y a un petit moment de ça je me posait surtout des questions relatives à l’orientation sexuelle, et à la pratique.” Pour lui ce forum a été un moyen de parler librement de son homosexualité et d’obtenir des conseils : “ sans ce forum je me serais sans-doute jamais accepté comme je suis. Jamais j’ai entendu à l’école qu’être gay c’était normal, que l’on n’y pouvait rien et que l’on pouvait être heureux en étant soit-même.” Cependant Marlène Tinhela, souligne qu’il faut faire attention aux réponses apportées par les doctinautes. Rêver d’embrasser une personne du même sexe ou d’avoir une relation sexuelle avec elle ne veut pas dire que l’adolescent est gay “ C’est l’inconscient, les sensations, les expériences qui parlent. Ce n’est pas parce que l’on rêve de ça que forcément on est homosexuel.”

Le deuxième thème le plus abordé est celui de l’appareil génital. Cela a, par exemple, été la raison de la venue sur le forum de Sebas590 : “ Mon soucis quand je me suis inscrit ici était intime et plus exactement mon sexe. Donc j’ai tout expliqué dans le forum en détail car pour moi je pensais que c’était grave et que je devrais passer par les médecins et même avoir une opération. Bon je suis comme tout les mecs en plus de mon problème j’en ai profité aussi pour savoir si mon pénis était de taille correcte. Je dis comme tout les mecs car je croise régulièrement le sujet qui revient….” En effet, ce sujet de discussion est récurrent. Il représente 70 % des demandes. Comme nous avons pu le voir dans 2.1.1. Une phase de transition entre l’enfance et l’âge adulte, la période de l’adolescence est génératrice de beaucoup de questionnements sur sa normalité : Suis-je comme les autres ? Beaucoup de filles comme de garçons sont inquiets par rapport à leur physique (12,10 %) Ils s’inquiètent aussi de la forme de leur sexe. Pour les garçons, c’est la période où on compare avec ses copains la taille de son pénis.

L’âge de l’adolescence est synonyme de premières fois (premier petit copain, premier baiser, première saint valentin, etc.) et de découverte de la sexualité. C’est pourquoi, nous retrouvons des demandes sur la première fois (4,50 %) et les pratiques sexuelles (7,60 %).

Or, nous pouvons voir qu’il y a une incohérence entre les questions posées par les adolescents lors des formations de Virginie Barbet dans les lycées et collègues et sur le forum “ Les ados parlent sexo ”. “ Les filles vont principalement parler de leur règle et les conséquences suite à une grossesse non désirée. Ce sont des questions très concrètes. Les garçons posent des questions très variées. Dans les deux cas, ils ne parlent pas d’amour.”  Durant ces deux semaines, le thème des règles n’a jamais été abordé. Pourquoi cette inexistence de sujet ? Ce thème peut être abordé entre mère et fille ou alors auprès de gynécologues, de professeurs. C’est un sujet qui semble plus abordable que l’homosexualité ou la masturbation. Par contre, nous pouvons voir d’après le tableau 2 que les relations amoureuses ont été abordées 3 fois au cours des deux semaines : “ Je suis un peu perdu avec une fille, elle me plaît mais je ne sais pas encore si c’est réciproque ! Elle m’as fait deux compliment sur mon parfum qui m’ont un peu ouvert les voix mais dernièrement on a discuté et elle ne se souvenait même plus de mon prénom ! Comment je dois le prendre ? Elle l’a fait exprès et si non elle s’en fout de moi ? ” Ces questions rentrent dans l’ordre de la vie privée et il est difficile d’en parler devant un groupe lors des formations ou avec ses parents. Même s’il ne s’agit pas de la vie intime, il s’agit de la sphère privée et sentimentale, c’est pour cela que cet adolescent s’est adressé aux doctinautes.



tableau-2-themes-de-la-demande-dinformation

 

3.2.5. Les questions et les problématiques au niveau de la sexualité

Nous pouvons ensuite faire un parallèle entre les thèmes les plus abordés pendant ces deux semaines et ceux les plus sollicités. Avec le tableau 2, nous avons pu voir que les 3 sujets les plus abordés étaient (dans l’ordre) : l’orientation sexuelle (27,30 %), l’appareil génital (22,10 %) et la masturbation (15,20 %). Avec le tableau 3, nous pouvons voir que ce sont les mêmes thèmes les plus sollicités même avec un écart beaucoup plus important : la masturbation (71,30 %), l’appareil génital (16,50 %) et l’orientation sexuelle (5,30 %).

 

La masturbation est un sujet de moins en moins tabou et de nombreux articles en vantent de plus en plus les mérites : “ Masturbation féminine : 5 techniques qui donnent vraiment du plaisir …”, “ Masturbation : conseils masturbation, pratiquer la masturbation ”, etc. C’est notamment ce que l’on retrouve avec le sujet le plus populaire : “ masturbation frotteuses…” afin de donner des techniques de masturbations feminines.

tableau-3-themes-les-plus-sollicites

 

3.3. Les doctinautes et le forum

3.3.1. Leur âge et leur sexe

Grâce aux questionnaires que nous avons fait avant de sélectionner les doctinautes que nous allions interroger, nous avons vu que la majorité des réponses provenait des garçons (17 garçons contre seulement 2 filles).

 

Il est assez difficile de savoir si ce sont les garçons ou les filles qui sont les plus actifs sur le forum. L’apparition du sexe n’est pas toujours présent sur leur profil et la photo ou leur pseudo peut être trompeur par rapport à la réalité. Cependant, nous pouvons voir avec les thèmes abordés une dominance de demandeur masculin. Dans la partie “ Appareil “Génital ”, la plupart des demandes sont faites par rapport à la taille du pénis ou à leur forme comme par exemple “ Veine qui est apparue sur mon pénis ”. Dans la partie “ Orientation sexuelle ”, nous retrouvons aussi une dominance des garçons qui se questionnent sur leur bisexualité ou leur homosexualité.

 

Concernant leur âge, nous avons reçu des retours de personnes entre 12 et 33 ans. Dans 3 cas seulement, les doctinautes avaient plus de 20 ans. En moyenne, les adolescents avaient 16 ans. Dans la plupart des cas, ils sont venus la première fois à l’adolescence pour résoudre un problème et sont restés pour aider les autres. C’est le cas de Geay, 17 ans : “ La première fois que je suis allé sur doctissimo , c’est par hasard en m’informant sur la sexualité (l’homosexualité),  il y a 5-6 ans , aujourd’hui c’est toujours le cas mais à l’inverse , c’est-à-dire que j’essai de répondre aux questions des autres ” .

3.3.2.  Leur lien avec Doctissimo

 

Comme nous avons pu le voir dans la partie 3.1.1. Les différents types de forums, il existe plusieurs types de forums et différents forums. Pourquoi utiliser particulièrement Doctissimo ? Qu’est-ce qui retient les doctinautes ?

 

Nous pouvons retrouver 3 types de réponses : la popularité de Doctissimo, sa richesse de sujets et de connectés et le premier forum lors des recherches.

 

Une partie des Doctinautes vont sur le forum car “ c’est sur celui là que je suis tombé en 1er et j’en connais pas d’autres…” Cela est cohérent avec ce qu’il a été dit dans la partie 1.1.1. Les débuts de Doctissimo / Présentation de Doctissimo, l’objectif des créateurs était de faire de Doctissimo le forum le mieux référencé. D’autres doctinautes comme Geay ont été attirés par “ sa richesse de sujets et aussi le nombre très important d’internautes , il existe d’autres forums mais certains ont moins de connexion et donc moins de renouvellement de sujets ”. Pour finir, “ C’est un des forums les plus vieux et les plus matures ”, “ C’est le plus célèbre ”. Sa popularité est dû à l’âge de Doctissimo (17 ans), à sa popularité notamment grâce à la publicité et aux référencements mais aussi à la présence à l’esprit : Doctissimo est l’un des premiers forums à être énoncé quand on demande à des internautes de citer un forum en ligne.

 

Peu d’adolescents sont présents sur des forums similaires. Dans le cas de Ionepi, adolescente de 17 ans, elle a consulté Ados.fr car “ c’était au départ le 1er forum que j’ai trouvé. ” Finalement, elle est allée sur Doctissimo “ Au fur et à mesure, je trouvais quand même que les personnes y étaient assez jeunes et les conseils présents sur Doctissimo me semblent plus avisés. Je continue tout de même de passer sur Ados.fr de temps en temps.”

3.3.3. Leur comportement sur Doctissimo


Quel est le comportement général des doctinautes ? “
Très peu de post et le reste de la lecture ”, “ souvent je consulte mais il m’arrive de poster ”, pour Geay “ Je pense que sur doctissimo je suis à 75 % en train de consulter et 25 % à répondre au question et c’est très rare quand je créer une discussion ”. Ils lisent plus qu’ils n’écrivent et cela se vérifie avec le tableau 3 : 70,3 % de discussions lues contre 29,7 % de réponses. Pour Apoq, c’est un moyen de faire “ aussi de la prévention ” car en consultant les messages régulièrement je tombe sur des jeunes filles qui stressent après avoir eu une relation trop rapide sans contraception ou une capote qui craque…” . En générale, leur utilisation est régulière et les adolescents viennent quand ils ont envie.

 

Les doctinautes se sentent légitimes de répondre à des questions parce qu’ils pensent “ avoir la réponse, et parce qu’on est sur un forum, tout le monde peut s’exprimer ici, c’est un peu le but, on demande l’opinion des autres ou du soutien.” Dans le cas de Sebas590 comme dans celui de Apoq, ils savent que ce ne sont pas des spécialistes. Pour eux, ce qu’ils avancent n’est pas à prendre “ comme une vérité absolue ”. Sebas590 rajoute “ je donne souvent mon opinion subjective sur la question, donc c’est toujours à celui qui pose la question de se faire son propre avis en fonction ou non des réponses que d’autres internautes ou moi lui donnons.”

3.3.4. Le rôle de l’école dans l’apprentissage de la sexualité

Dans cette partie, nous avons essayé de voir le lien entre éducation sexuelle et école : comment les adolescents perçoivent-ils la manière dont l’école enseigne l’éducation sexuelle ?

 

Le forum est vu également comme un moyen d’avoir ce que l’école n’apporte pas. “Normalement il y a trois séances obligatoires où des professionnels viennent parler de sexualité de manière plus ouverte aux adolescents.” note Virginie Barbet. Or, suite aux échanges avec les doctinautes, peu nombreux sont ceux qui ont eu accès à cette formation. C’est notamment le cas de Geay qui explique que pour lui “ l’école ne fait pas d’éducation sexuelle , c est simplement des cours de biologie , au niveau scientifique ”. Il ajoute aussi le manque “ de prévention , d’intervenant extérieur , de sensibilisation au risques (maladies , agression) et sur les discriminations (orientation sexuelle etc) ”. Cette absence est due pour lui au faite qu’il est “ difficile [d’en parler] dans nos sociétés , les parents crieront au scandale. ” C’est le sentiment qu’éprouve aussi  Pierre Desvaux : “ De très nombreuses fois, des enseignements plus poussés sur la sexualité ont été supprimé car les familles et les associations (les ligues de vertus) étaient contre.”

 

Comme Geay, Apoq souligne le manque d’informations concernant l’orientation sexuelle : “ on a jamais parlé d’orientation sexuelle, aucune sensibilisation contre l’homophobie, aucune information là-dessus, à part une vieille affiche « homo, bi ou hétéro ? » avec un numéro vert à moitié cachée par un squelette d’anatomie au fond de la salle d’SVT. ” Pierre Desvaux et Virginie Barbet s’accordent à dire que l’”on parle de contraceptions, des organes reproducteurs mais très peu de l’émotionnelle. Or, c’est ce qui manque à l’école. On ne parle pas assez du plaisir que cela procure. On ne parle que des soucis que cela engendre.” Est-ce que la société ne serait-elle pas encore assez libérée en terme de moeurs de sexualité ?

3.3.5. Le lien avec leur entourage

 

Finalement, nous avons abordé la place de l’éducation sexuelle auprès de l’entourage : est-ce que les adolescents posent des questions à leurs parents ? Quelle est la limite à ne pas franchir ?

 

Suite aux questionnaires et aux entretiens avec les doctinautes, des réponses similaires sont ressorties : “ trop intimes ”, “ je suis génée de parler de ça ”, “ difficile de discuter de mon soucis à mon entourage ”, etc. Dans le cas de Sebas590, ses parents lui ont juste dit quand il avait “ une amie de faire attention ” il a ensuite “ trouvé un jour qq capotes ” dans sa table de chevet. D’autres doctinautes, majoritairement dans le cas de bisexualité ou d’homosexualité, trouve des réponses dans le forum. Ce sujet est soit intraitable dans la sphère familiale, soit inintéressant par manque d’expériences des parents. “Ils sont hétérosexuels et bon je pense pas que j’aurais les réponses que je cherche si je leur demander des conseils sur le sexe entre hommes ”, énonce Apoq.

 

Pour Pierre Desvaux, il faut faire attention aux sujets abordés entre les parents et les enfants : parler de ces troubles sexuels auprès de sa famille, ce n’est pas une bonne idée. C’est du domaine de l’intime. Quand la sexualité interpelle ou rappelle celle des parents, c’est complexe et pas très sain pour les deux interlocuteurs. ” Pour Virginie Barbet, “ les enfants connaissent la limite avec leurs parents sur ce sujet.” C’est pourquoi “ ils vont chercher leur(s) réponse(s) ailleurs. ”  L’entourage est présent au niveau de l’émotionnelle : dans le cas de rupture ou au contraire de joie face à une nouvelle relation, dans le cas des règles pour les adolescentes, au niveau de l’apparence physique (Suis-je trop petite ? Trop ronde ? Trop maigre ?) mais il ne faut pas rentrer dans la sphère intime des adolescents au risque de frôler l”incestuelle”.

3.4. Les risques liés aux forums

  • 3.4.1. Surveillance et contrôle des contenus

Les forums permettent aux internautes de s’exprimer librement. Certains forums comme Fil Santé Jeunes ont des professionnels de la santé pour contrôler les contenus et les publications des internautes. Le forum doctissimo est lui surveillé par trois modérateurs. James est généraliste et s’occupe de tous les sujets. Jacoline est spécialisée dans le domaine de la protection des mineurs. Doctérateur est médecin; il est chargé de veiller constamment sur les forums afin  » d’éviter que des contre-vérités scientifiques ne soient affichées sur les espaces communautaires « . Le forum Doctissimo est très actif; un professionnel de la santé n’est pas en mesure de surveiller à lui seul tous les contenus postés. D’après la conseillère conjugale Virginie Barbet, «  il n’y a pas vraiment de modérateurs qui corrigent les absurdités qui peuvent être dites  » sur les forums en ligne. Les doctinautes se retrouvent donc face à une réelle problématique de contrôle des discours, notamment sur la sexualité. Lors de notre entretien, l’urologue Pierre Desvaux a bien expliqué la problématique : tout le monde a un avis sur la sexualité, et chacun a tendance à résumer la sexualité par rapport à ses propres expériences. La surveillance des contenus est donc plus compliquée car «  tout le monde a une sexualité différente et on ne peut pas la critiquer si elle est différente  » de la nôtre. Il y a des messages haineux, homophobes, racistes etc. qui peuvent circuler sur le forum. La plupart des messages supprimés sont ceux dénoncés par les doctinautes aux modérateurs.

 

3.4.2.    Désinformation


Les contenus étant mal surveillés, beaucoup de fausses informations circulent sur les forums en ligne, et notamment sur Doctissimo. Il y a beaucoup  »
d’idées préconçues  » d’après Virginie Barbet, qui considère que pour apporter une réponse correcte et précise il faudrait l’avis de spécialistes. La quasi-totalité des réponses provient des doctinautes qui ne sont pas professionnels de la santé. Sur le forum  » Les ados parlent sexo « , c’est d’autant plus compliqué car les adolescents sont en éveil sur la sexualité, et n’ont généralement pas assez d’expérience pour conseiller les autres. Ils vont donc donner des réponses selon ce qu’ils ont vécu, vu ou entendu et  » faute de savoir, ils vont inventer « . La désinformation est un réel problème dans l’éducation sexuelle des adolescents sur les forums en ligne. D’après la psychologue Marlène Tinhela, le problème réside principalement dans les  » légendes urbaines  » auxquelles croient les adolescents. Les fausses informations sur les forums peuvent causer de gros dommages chez les adolescents, comme attraper des maladies sexuellement transmissibles. Il faut donc les  » utiliser avec précaution « , et ne pas croire (ni appliquer) tous les conseils prodigués par les internautes.  Les réponses à la question  » mettez-vous en pratique les conseils prodigués par le forum sexualité ? « , la réponse est majoritairement  » parfois « , les doctinautes interrogés semblent donc conscients de cette désinformation possible sur le forum. Le Haut conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes pointe du doigt le risque de désinformation : «  Des sites tels que Doctissimo proposent des forums qui vont leur permettre de poser directement leurs questions plus librement, protégé.e.s par l’anonymat. D’autres internautes leur répondent, parfois de manière violente, sexiste et erronée.” (8)

 

3.4.3. Les prédateurs sexuels

Les prédateurs sexuels sont de plus en plus actifs sur la toile, notamment à cause de l’utilisation croissante d’internet et ce, dès le plus jeune âge. Le terme cyberprédateur est utilisé pour référer à une personne qui communique avec un mineur dans le but de commettre une infraction sexuelle. D’après l’Institut National de Santé Publique du Québec, il existe deux types de cyberprédateurs : celui qui  » se fait passer pour un adolescent et qui manipule sa victime jusqu’à l’agression « , et celui qui «  ne ment ni sur son âge ni sur ses intérêts sexuels et se présente comme un ami, un confident, voir un mentor dans la découverte de la sexualité « . Le doctinaute Sebas590 s’est confié à ce sujet :  » Oui j’ai eu quelques personnes suspectes au moment où je me suis confié sur mon problème intime. Genre des pseudos filles et finalement c’est un mec derrière « . On distingue les hébéphiles (adultes qui éprouvent une attirance sexuelle pour les jeunes adolescents de 12 à 16 ans) et les éphébophiles (adultes qui ont une préférence sexuelle pour les adolescents pubères et jeunes adultes de 15 à 19 ans). D’après le sexologue clinicien Mario Larivée-Côté,  » Ça peut être un peu n’importe qui, mais dans la majorité des cas, ce sont des hommes entre 20 et 35 ans qui ont de bonnes connaissances en informatique. Ils ont grandi avec le web. Ils se pensent très très bons, invincibles, croient qu’ils ne se feront jamais prendre.” (9) Les forums en ligne sont pour eux un très bon moyen d’aborder des adolescents en vu d’abuser d’eux. D’après le journaliste Jacques Henno, 95% des enfants victimes de violences sexuelles ont rencontré leur prédateur dans leur cercle familial au sens large. Les cyber-prédateurs ne sont donc pas les plus actifs, mais  » le risque existe « . Les prédateurs sexuels sont donc un risque pour les adolescents qui consultent et postent sur des forums en ligne.

 

3.4.4. La cyberdépendance

La cyberdépendance désignait, à l’origine, “ toute dépendance à l’ordinateur, ou plus largement à l’univers informatique” (10). Ce terme est aujourd’hui utilisé pour désigner une dépendance qui s’instaure chez une personne faisant un usage abusif des moyens de communication offerts par Internet. Utiliser internet peut engendrer une dépendance au même titre qu’une drogue. D’après Nicolas Oliveri, enseignant-chercheur en communication et auteur de Cyberdépendances,  » au regard du nombre total d’usagers des smartphones, des réseaux numériques ou des jeux vidéo, la cyberdépendance ne touche qu’une proportion infime de la population française et mondiale « . (11) L’adolescence est la période la plus concernée par la cyberdépendance car elle est, pour beaucoup, synonyme de bouleversements et de questionnements. Sebas590 dit être très présent sur le forum,  » je viens tout les jours et je ne sais pas combien de temps je passe tout dépend des gens qui m’ont répondu, qui sont connectés. J’ai une alerte mail pour les messages donc j’essais de répondre dés que je peux (sa peut être une heure par jour comme plusieurs heures) « . De même pour Apoq, qui dit passer plusieurs heures par jour  » sur le forum Doctissimo. Sur les 19 réponses à notre questionnaire posté sur le forum “Les ados parlent sexo”, 15 se connectent régulièrement et très régulièrement.

 

3.4.5. Le cyberharcèlement

Le cyber-harcèlement est défini comme  » un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule  » (12). Les adolescents sont particulièrement touchés par ce genre de pratique. Ils le subissent via les téléphones portables, les réseaux sociaux mais également via les forums en ligne tel que Doctissimo. La sexualité est de plus un sujet sensible qui laisse place à plusieurs formes de cyberharcèlement comme des intimidations, des insultes, moqueries, mais aussi la propagation de rumeurs et des menaces. Lors de notre étude nous avons eu affaire à PascalDream, un doctinaute insistant. Il voulait «  discuter sexe avec des jeunes filles coquines « ; et malgré nos réponses négatives, ce doctinaute nous a envoyé à plusieurs reprises des messages sexuels. Il voulait échanger par Skype, où il souhaitait qu’on le «  regarde se masturber « . Selon un sondage réalisé en 2014 par le Centre Hubertine Auclert pour la Région Ile-de-France, une lycéenne sur quatre déclare avoir été victime d’humiliations et de harcèlement en ligne.

 

3.4.6. Divulgation de renseignements personnels

Un renseignement personnel est une donnée qui permet d’identifier une personne (son adresse, numéro de téléphone, école fréquentée etc.). La divulgation de ce genre de renseignements sur les forums en ligne est déconseillé et peut être dangereux; en effet, ce comportement peut engendrer des atteintes à la réputation, ou plus grave encore, des usurpations d’identité. Doctissimo précise dans sa charte d’utilisation des forums que  » tout message peut être lu et utilisé par tous et être repris et cité dans d’autres messages « . Il faut donc être vigilant quant au contenu des messages postés, et éviter d’y faire figurer des renseignements personnels. Au delà des informations personnelles, le forum sexualité engendre également des publications de photographies ou de vidéos afin d’illustrer le problème rencontré; la publication de ces médias pour un doctinaute doit être utilisé avec précaution, car elles peuvent lui nuire. En effet, si le doctinaute est  » en mauvaise posture  » sur ces images, il fera face à des moqueries, du voyeurisme etc. qui feront atteinte à sa réputation. Les doctinautes que nous avons interviewés étaient conscients de ces risques; Apoq par exemple nous a répondu  » Je suis très prudent à ce niveau donc déjà à l’époque il n’y avait aucune photo de mon visage ici ni aucun moyen d’accéder à mon identité, et je suis plutôt prudent « 

 

3.5. L’utilité de ces forums dans l’approche de l’éducation sexuelle

3.5.1. Qu’est ce que l’éducation sexuelle ?

D’après Wikipédia, l’éducation sexuelle consiste à «  informer sur la sexualité et à transmettre un certain nombre de valeurs et de recommandations. Elle peut également avoir pour objet l’expression et la discussion autour des sentiments amoureux, des pratiques sexuelles et du respect mutuel « . (11) L’OMS a publié en 2010 des recommandations européennes sur l’éducation sexuelle; selon ce rapport, l’éducation sexuelle devrait commencer “dès la naissance” (12). Les 20 experts auteurs de ce rapport considèrent qu’aborder les aspects biologiques  » n’est pas suffisant « .  » Les nouvelles recommandations s’inspirent d’une interprétation positive de la sexualité, comme partie intégrante de la santé physique et mentale.” (13) Les forums sexualité répondent à cette définition, et font partis des recommandations européennes de l’OMS;  » internet can play an important role « . (14)

3.5.2. L’utilité des forums sexualité dans l’éducation sexuelle selon les doctinautes

 

Les forums participeraient donc à l’éducation sexuelle des adolescents. Nous en avons discuté avec les principaux concernés, les adolescents doctinautes. Leurs réponses sont positives; selon Geay le forum a participé à son éducation sexuelle :  » plus maintenant car j’ai bientôt 18 ans mais plus jeune et sans connaissance oui docti m’a appris plein de choses : sur l’orientation sexuelle , les pratiques sexuelles , l’anatomie etc « . Sebas590 ajoute que  » les forums participe [à l’éducation sexuelle] oui un peu car on discute, on apprend par le vécu des autres « . De même pour Apoq :  »  Oui, ce forum a grandement participé à mon éducation sexuelle […] Et surtout sans ce forum je me serais sans-doute jamais accepté comme je suis. « . Ionepi quant à elle, considère que le forum lui a permis de  » découvrir des nouvelles choses sur la sexualité et sur sa propre sexualité par l’intermédiaire, parfois, de « conseillers » « . Globalement, les doctinautes sont conscients du risque de désinformation du forum, mais ils mettent également en avant la communauté de Doctissimo qui est de bon conseil   » la communauté met très bien en garde les jeunes ici sur le fait que ce n’est pas qu’une affaire de contraception mais aussi qu’il faut se protéger pour pas attraper ou transmettre d’IST  » selon Apoq.

3.5.3. L’utilité des forums sexualité dans l’éducation sexuelle selon les professionnels de la santé

La psychologue Marlène Tinhela est favorable à l’utilisation des forums dans l’approche de l’éducation sexuelle  » Les forums font entièrement partie de la vie des adolescents. Il y a une initiation à la vie sexuelle qui est faite sur ce genre de forum. « . Cependant elle dénonce la pertinence de certaines réponses : «  Le problème est que, la plupart du temps, les personnes qui répondent ne sont professionnels ou experts en la matière, et elles se basent sur des légendes urbaines. Elles donnent des conseils basés sur des  » on m’a dit que « , mais rarement sur des faits avérés.  » L’urologue Pierre Desvaux est quant à lui moins catégorique sur le sujet; il pense qu’un forum sexualité «  peut aider « , et ajoute  » au niveau de l’éducation, je ne sais pas bien mais cela permet au moins d’y voir plus clair.  »

Le HCE, Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes de la République Française, considère que les  » forums d’informations relatifs à la sexualité peuvent contribuer à diffuser un discours moralisateur et des  » conseils  » culpabilisants en réponse aux questions posées par les jeunes « . (15)

 

Les avis diffèrent donc en fonction des spécialistes interrogés, mais ils sont tous d’accord sur le fait que les forums sexualité ne peuvent pas, à eux seuls, éduquer les jeunes à la sexualité.

 

CONCLUSION

97 % des 12-17 ans ont accès à Internet via un ordinateur, un téléphone ou une tablette. (16) Cela leur permet de chercher de l’information en un clic, et notamment sur les forums de discussion. Doctissimo est le premier forum francophone dans le domaine de la santé; le forum sexualité est très actif. “Les ados parlent sexo” permet aux adolescents d’échanger librement sur leur sexualité. Ils partagent des informations, des opinions et leur vécu personnel.  Les sujets les plus abordés sont l’orientation sexuelle, les appareils génitaux et la masturbation. Les risques liés au forum tels que la désinformation et la surveillance sont un réel souci pour l’éducation sexuelle des jeunes qui le consultent. Les doctinautes interviewés tel que Apoq et Sebas590 sont satisfaits de leur usage du forum, et considèrent qu’il participe activement à leur éducation sexuelle, compensant les manques de celle donnée aux adolescents à l’école et dans le cercle familial. Les spécialistes de la santé, Virginie Barbet, Marlène Tinhela et Pierre Desvaux sont, eux, moins catégoriques quant à la place des forums en ligne dans l’éducation sexuelle des jeunes. Ils considèrent que “Les ados parlent sexo” contribue à leur apprentissage, mais qu’il ne peut pas être le seul outil ni l’unique source d’information des adolescents.

Cette étude comporte bien évidemment des limites. Pour confirmer l’importance des forums comme dispositif participant à l’éducation sexuelle  pour les adolescents, d’autres analyses sont nécessaires. L’échantillon des fils de discussion devrait être augmenté afin de vérifier nos observations. Il serait également nécessaire de comparer “Les ados parlent sexos” avec d’autres forums pour s’assurer de la spécificité des résultats obtenus. Au niveau de notre analyse qualitative, il faudrait avoir plus de retours de doctinautes afin de mieux cerner leur avis sur le sujet.

 

L’usage du forum “Les ados parlent sexo” dans l’éducation sexuelle est  intéressant pour les adolescents car ils y trouvent des conseils, des informations et peuvent échanger avec des jeunes de leur âge traversant la même période de doutes qu’eux. Le forum Doctissimo participe donc à l’éducation sexuelle des jeunes car il répond à des questions non abordées à l’école ni par leur entourage. Les forums sexualité pourraient-ils suffir à éduquer les adolescents à la sexualité s’ils étaient plus surveillés par des modérateurs et pas des professionnels de la santé ?

NOTES DE FIN DE PAGE

(1) Olivier BOUCHARA, La potion magique de Doctissimo, 2008, disponible sur  http://www.capital.fr/enquetes/succes/la-potion-magique-de-doctissimo.fr-390744

(2) Définition marketing, écrit par B.Bathelot, mis à jour le 3 avril 2016 http://www.definitions-marketing.com/definition/referencement-naturel/

(3) Christophe GUIGNE, “Sexualité à l’Adolescence”, Académie de Grenoble, 8 janvier 2014, consulté le 18 novembre sur : http://www.ac-grenoble.fr/ia74/spip/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=641

(4) Christophe GUIGNE, “Sexualité à l’Adolescence”, Académie de Grenoble, 8 janvier 2014, consulté le 18 novembre sur : http://www.ac-grenoble.fr/ia74/spip/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=641

(5) Christophe GUIGNE, “Sexualité à l’Adolescence”, Académie de Grenoble, 8 janvier 2014, consulté le 18 novembre sur : http://www.ac-grenoble.fr/ia74/spip/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=641

(6) “Les 11-18 ans et les réseaux sociaux”, Génération numérique, Janvier 2016, consulté le 22 janviers 2016 sur : http://asso-generationnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/07/Les-11-18ans-et-les-r%C3%A9seaux-sociaux-.pdf

(7) GAUDUCHEAU Nadia,  » Demander de l’information dans un forum de discussion. L’exemple d’Ados.fr « , Recherche collaborative d’information, Paris : Lavoisier, janvier 2012, p. 63-96.

(8) Danielle BOUSQUET, Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes , Rapport n°2016-06-13-SAN-021 publié le 13 juin 2016 http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/164000367.pdf

(9) TVA Nouvelle, Ces éphébophiles à la recherche de proies sexuelles adolescentes, Québec, 2016 http://www.tvanouvelles.ca/2016/06/29/ces-ephebophiles-a-la-recherche-de-proies-sexuelles-adolescentes

(10) Définition et typologie de la cyberdépendance,  Extrait du livre « cyberdépendance en 60 question » de Jean-Charles Nayebi, RETZ, Paris, http://cyberdependance.fr/definitionscyberddependancenayebi.htm

(11) WIKIPEDIA, définition de l’éducation sexuelle, disponible sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/Éducation_sexuelle

(12) Organisation Mondiale de la Santé Europe, Nouvelles recommandations européennes sur l’éducation sexuelle : selon les experts, l’éducation sexuelle devrait commencer dès la naissance, Madrid, 20 octobre 2010 disponible sur http://www.euro.who.int/fr/media-centre/sections/press-releases/2010/10/new-european-guidelines-on-sexuality-education-experts-say-sexuality-education-should-start-from-birth

(13) Organisation Mondiale de la Santé Europe, Nouvelles recommandations européennes sur l’éducation sexuelle : selon les experts, l’éducation sexuelle devrait commencer dès la naissance, Madrid, 20 octobre 2010 disponible sur http://www.euro.who.int/fr/media-centre/sections/press-releases/2010/10/new-european-guidelines-on-sexuality-education-experts-say-sexuality-education-should-start-from-birth

(14) Standards for Sexuality Education in Europe, Cologne, 2010, https://lesvendredisintellos.files.wordpress.com/2012/03/who_bzga_standards.pdf

(15) Danielle BOUSQUET, Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes , Rapport n°2016-06-13-SAN-021 publié le 13 juin 2016 http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/164000367.pdf

(16) Camille LEGRAND, “Harcèlement : Internet, meilleur ennemi des jeunes”, Le Parisien, 2013

http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/harcelement-internet-meilleur-ennemi-des-jeunes-02-09-2013-3100997.php

 

ANNEXES

Entretiens avec les professionnels de la santé

Entretien avec Marlène TINHELA, psychologue

https://docs.google.com/document/d/1aVEI0ak5rFK88RNQBx0vmI0zF5ETHcFiZryFo959iG4/edit?usp=sharing

 

Entretien avec  Pierre DESVAUX, urologue https://docs.google.com/document/d/1qCj136QDyUStm89sJNx75OHtd4mgPn3im8JrMGuV2XY/edit?usp=sharing

 

Entretien avec  Virginie BARBET, conseillère conjugale

https://docs.google.com/document/d/1yiqrSkr18WITwgmIQmgV75sl-lL8aMX4euqlazzuDdI/edit?usp=sharing

 

Entretiens avec les doctinautes

Entretien avec APOQ, “ doctinaute d’argent ” https://docs.google.com/document/d/1uUs0lIX1_FEDbGFcLAQAu8FTy96YyA2SMP-iMHSkRV0/edit?usp=sharing

 

Entretien avec GEAY, doctinaute sans grade

https://docs.google.com/document/d/1FQD83LmC73tBkcpWHXP3hhY1Jyri7dpyWdnda7lz1xU/edit?usp=sharing

 

Entretien avec SEBAS590, “ doctinaute habitué ” https://docs.google.com/document/d/16xoG7ae2Lrvm55dodO4IuTL89nhEh6ban6pGT194zRU/edit?usp=sharing

 

Entretien avec IONEPI, doctinaute sans grade

https://docs.google.com/document/d/1RPoXWlNrp_NlQPiVgJHDcF0A6xuVyGAa0Zy7usMg7-A/edit?usp=sharing

 

Réponses au questionnaire

 

19 réponses à notre questionnaire posté sur le forum “ Les ados parlent sexo ” de Doctissimo

https://docs.google.com/presentation/d/1DJyIPUj0MfUbwYwobHCceCkRANtSzjMaaGPFx7uZEfM/edit?usp=sharing

 

Questionnaire destiné à Doctissimo

 

https://docs.google.com/forms/d/1MZQh0Z7fOBo–dd7iHh2rG5PmGNcBNlpZ3BhMUrjdxg/prefill

 

BIBLIOGRAPHIE

Les adolescents et la recherche d’information

GAUDUCHEAU Nadia,  » Demander de l’information dans un forum de discussion. L’exemple d’Ados.fr « , Recherche collaborative d’information, Paris : Lavoisier, janvier 2012, p. 63-96.

Les adolescents et internet

“Les 11-18 ans et les réseaux sociaux”, Génération numérique, Janvier 2016, consulté le 22 janviers 2016 sur : http://asso-generationnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/07/Les-11-18ans-et-les-r%C3%A9seaux-sociaux-.pdf

Les adolescents et la sexualité

GUIGNE Christophe, “Sexualité à l’Adolescence”, Académie de Grenoble, 8 janvier 2014, consulté le 18 novembre sur : http://www.ac-grenoble.fr/ia74/spip/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=641

 

Les adolescents

BECK François, MALLOCHON Florence, OBRADOVIC Ivana, Adolescences ? Comprendre vite et mieux, Paris : Belin, 21 septembre 2014, 96p

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s